SERPOLLET (France) 1887-1907


Léon Serpollet fut l'un des pionniers des véhicules routiers à vapeur et contribua plus que quiconque au développement des voitures à vapeur particulières, avec sa chaudière multitubulaire à vaporisation instantanée de 1888. Pour la première fois, la montée de vapeur s'effectuait rapidement, par évaporation instantanée de l'eau dans les tubes chauffés. L'ensemble était économique, car il n'engendrait que la vapeur immédiatement nécessaire ; il était de faible encombrement, ce qui permettait de l'utiliser dans des véhicules particuliers de dimensions raisonnables.
Huit années plus tard, Serpollet utilisait un chauffage au kérosène au lieu de coke, ce qui facilitait encore l'emploi de la vapeur dans les voitures particulières. Une double pompe alimentait le brûleur en huile et la chaudière en eau en proportion constante. En 1899, Serpollet avait mis au point un moteur 5 CV avec 4 cyl. verticaux et soupapes en champignon au lieu de chemises-tiroirs, montés centralement.
Jusque là, très peu de voitures Serpollet avaient été mises sur le marché mais, en 1900, avec le soutien financier de l'Américain Frank Gardner, le dernier modèle (maintenant avec cyl. opposés horizontaux) fut mis en vente sous forme de 5, 8 et 10 CV.
Serpollet participa à des compétitions, réalisant lui-même 120,7 km/h au kilomètre lancé avec une voiture de course en 1902. Les Serpollet finirent 3ème, 4ème, 5ème et 6ème dans le Circuit du Nord de 1902. Les voitures 6 cyl. préparées pour les épreuves éliminatoires de la course Gordon-Bennett de 1904 eurent moins de succès.
Les modèles 1903 avaient leur réservoir à eau à l'avant au lieu de l'arrière, de sorte qu'elles étaient munies d'un capot selon la mode du moment. Une année plus tard, la double pompe, précédemment actionnée à la main, fut montée sur les deux nouveaux modèles (la 15 et la 40 CV) entraînée par un moteur auxiliaire ; le moteur ainsi que la chaudière passèrent à l'avant. Le condensateur devint le "radiateur". Un petit modèle commercial de 9CV était également nouveau, dans celui-ci l'alimentation en huile se faisait exclusivement sous pression. Ces voitures, ainsi que la 8 cyl. de 1905, ont probablement été les plus perfectionnées de toutes les Gardner-Serpollet. En 1906, le moteur et la chaudière n'étaient plus en position avant, et ceci n'a probablement pas facilité les ventes une année plus tard, Serpollet, ainsi que sa voiture, moururent.

©VEA

 

 


RETOUR



HOME